11/10/2005

en route

mardi 11 octobre 2005, 16h44J'entends mon voisin de bureau se gratter les couilles. Je le sais parce que ce gars-là ne fait que deux choses sur sa journée : taper sur son clavier et, sitôt qu'il cesse de tripoter les touches, faire du bout de l'index le tour de ses deux boules. D'abord lentement, je pense que ça suscite quelques chatouillements chez lui car il se met automatiquement à glisser les fesses de droite à gauche sur sa chaise, comme pour réfréner l'excitation, comme pour se persuader qu'il peut la vaincre. Son index ne lui suffit pas longtemps, alors c'est à grand renfort de majeur et d'annulaire qu'il augmente le tempo, sort les ongles et inflige à son jeans une vigoureuse friction. Je le sais car je l'entend. Le jeans est une matière bruyante. Pour tout vous dire, je l'ai déjà vu faire. Je ne connais pas son nom, ça ne fait que sept mois qu'il est arrivé dans la boîte et je suis pas du genre à faire le premier pas aussi tôt. D'ailleurs, dans la boîte, personne ne se connait vraiment. Sauf le boss, il nous connaît tous je crois. Surtout les meufs, à part peut-être sandrine qui est trop moche. Elle, je crois qu'il l'a carrément oubliée.Sandrine bosse à la cave. Le boss a prétexté un jour qu'y avait plus assez de place dans les bureaux, que c'était la crise, qu'il fallait faire des sacrifices pour le bien-être de tous et la survie de la boîte. Il a dit plein d'autres trucs mais je n'écoutais déjà plus, les autres étaient distraits aussi. On s'est tous resaisi quand le boss a conclu à haute voix : "Donc sandrine, tu descends à la cave c'est clair ?" Il a refusé qu'on l'aide à descendre ses dossiers et ses meubles. Il n'a pas donné de raison. On est retourné à nos ordinateurs. Moi, ça m'arrive encore de croiser Sandrine quand je descends dans la troisième cave, celle où j'ai planqué une bonne grosse collection de magazines de cul. Rien que du lourd, et je me fous pas de votre gueule. POur y arriver, je dois passer devant elle. Alors il arrive que je lui dise quelques mots, même si le plus souvent on ne se dit rien, elle se contente de me suivre jusqu'à mon repère. Ca ne dure jamais longtemps, quelques minutes puis on remonte. Enfin, je remonte et elle reste en bas. Sandrine est pas très jolie, c'est la vérité, j'essaie toujours de ne pas rester trop avec elle.

17:14 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.