12/10/2005

 

mercredi 12 octobre, 11h22.Mon réveil m'a nié ce matin. Rien, pas un bruit, exactement comme s'il avait choisi de me faire dormir enfin un nombre d'heures décent. Moi j'me suis pas plaint. J'ai appelé Boss pour lui faire le topo, genre le gars pris de court qui met 10 couches épaisses de bonne volonté dans ses intonations pour être sûr que son immense contentement passera inaperçu. Il a dit : "tu as trente minutes". 50 minutes plus tard, j'ai éclaté le pare-choc de ma collègue J. en essayant un créneau à l'aveugle. (Oui, il m'arrive souvent de compliquer un peu les gestes trop quotidiens afin de continuer à prendre un certain plaisir à les faire. Les créneaux devant l'entrée de la boîte sont un exemple. Tous les jours la même rotation de la colonne, le même mouvement brusque du bras droit afin de positionner ma caisse dans l'axe du trottoire, ... Plein le dare, moi, de ces trucs immuables. Bref, j'avais plus d'une heure de retard en me pointant sur le pallier du troisième étage, à 5 centimètres à peine de Boss qui a sorti son regard le plus réprobateur de la saison pour l'occase. "B'jour tout l'monde", tout en traversant le champ de bureaux qui me séparait du mien. Sur ma porte, je distinguais une photo cachant la plaque métalique à mon nom. Une photo d'arc-en-ciel. Dessous, il était mis : "rainbows are gay". - "Ouais, je vois. C'est qui le fils de pute qui s'est amusé ici ce matin" ? J'ai dit. ET puis, " Putain c'est quand même pas possible d'être aussi con. J'ai l'air d'un pd ? Oh, les connards j'vous cause là, j'ai l'air d'un pd ? Putain, Lulu me dit pas que t'es dans ce coup-là ma pute, parce que si y en a bien une qui sait que j'ai rien d'une tantouze c'est toi, et t'as jamais eu à t'en plaindre ! Alors, tu m'réponds ? C'est qui la fiante qui est derrière cette petite mise en scène d'attardé ?"Sérieux, le bureau c'est vraiment l'endroit où y faut pas plaisanter avec ce genre de trucs. Ca vous colle à la peau comme une étiquette sur la gueule, genre marque indélébile, et tous les cons autour de vous, ils vont plus jamais arrêter de vous associer à cette étiquette. Je les entendais ricaner. C'est débile mais pour eux, ce petit épisode constitue le sommet de leur journée, LE truc a raconter à table au soir, LE truc de fou qu'ils ont vécu. Sûr qu'ils finiront leur récit par : "'tain, y a pas à dire, j'ai une trop grave vie". J'avais pas encore allumé mon ordinateur mais déjà je sentais qu'il fallait que je me détende. "Sandrine ? " j'ai pensé. Comprenez-moi bien, c'est pas que je suis fan d'elle, de Sandrine, je crois que c'est purement par facilité. Je sais qu'elle est là dans sa cave, qu'elle s'emmerde sévère du matin au soir. Un jour elle m'a dit que son mec la trompait sans arrêt ; baiser avec moi lui donnait l'impression d'être moins dupe, moins victime. Perso, j'en ai rien à secouer de ses raisons, tant qu'elle en a et qu'elle réchigne pas. Puis, j'vous ai dit, elle est pas particulièrement jolie la Sandrine, faudrait pas qu'elle soit contraire en plus ! Ouais, je crois que je vais aller faire un tour en bas...

12:07 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

la sandrine! allors la sandrine elle était en forme lol?

Écrit par : sexe in de bureau | 12/10/2005

Les commentaires sont fermés.