27/01/2006

Interview 2

Avec Julie, je tenais assurément un bon élément. Je la voyais parfaite dans le rôle de l'organisatrice, sorte de back office de nos investigations à venir. Elle était organisée et concentrée, elle inspirait un respect immédiat et, pour cela, je comptais bien en faire mon second, ma main droite, ou même la gauche... on dit que c'est meilleur.

A ce stade, il me manquait un enquêteur. Je pensais que ce serait facile à trouver. Enquêter c'est avant tout être curieux, se renseigner, en faire toujours un peu plus, quoique l'on fasse, s'arrêter le dernier. Toutes ces qualités devraient être latentes chez chaque humain normalement constitué. C'est vrai quoi, sans curiosité, si ça se trouve, on resterait neuf putain d'années dans le ventre de nos mères, imaginez l'odeur. Sauf que, voyez-vous, un salarié dans une grosse boite de com', c'est pas construit exactement comme on pourrait l'espérer. La communication, en soi, n'exige pas de qualité et seulement très peu de connaissances. Communiquer, c'est jamais que trouver le moyen de faire avaler au plus grand nombre un message x. Quelque soit ce message, quelque soit la matière concernée, même sans le moindre intérêt... tant qu'il en génère. Un bon communicateur est sensé se passionner autant pour la nouvelle génération de dépilateurs féminin que pour l'essor des stock options en Zambie, sans état d'âme, sans préférence, sans goût. Ces mecs sont des fourre-tout, des sacs vides prêts à se faire bourrer à chaque occasion, à chaque nouveau contrat. Bref, question enquêteur, ça s'annonçait serré.

Puis j'ai eu une idée. L'autre PD là, l'espèce de grande conne qui a collé cette merde d'arc-en-ciel sur ma porte l'autre jour, il serait pas doué lui ? Un pd, par définition, c'est pas un peu fouille-merde, non ? Il me semblait que si. En plus, celui-là, avec une petite gueule ramassée sur elle-même mais légèrement profilée quand même, il avait un pur profil de fouine. C'est bien ça une fouine, ça fouille, ça se faufile, ça fait son coup puis ça se barre. Parfait. En plus, je le soupçonnais de dissimuler un véritable caractère de teigne, toujours sur la défensive, paré à mordre à vue, mesquin et farouche. Un croisement fouine - teigne, voilà un batard qui me convenait nickel. Bon, restait plus qu'à la trouver et la convaincre... C'est vrai qu'on part pas sur les meilleures bases tous les deux, nos derniers rapports étaient un peu tendus. Bon, faire un effort, lui montrer que je respecte sa diff... sa putain de différence.

C'était quoi déjà son prénom ? J'imaginais un nom mièvre, le genre de nom ambivalent, qui veut rien dire, que tu sais même pas si c'est masculin ou féminin : Michel(le); Dominique, frederic...

J'approchais de son bureau ; visiblement, il n'était pas encore là.- M'sieur K bonjour, z'auriez pas vu Paul par hasard ?

Ben voilà, en une question débile j'avais son putain nom, Paul. Bof, à vrai dire je n'en pensais rien. S'il y a bien un nom dont le monde entier se branle, ça doit être Paul.

- Si, il est dans les toilettes du fond. Il suce un stick usb, je crois qu'il t'attend.

Depuis mon bureau, j'attendais qu'il se pointe. Je n'aurais qu'à l'appeler sous un prétexte quelconque et lui exposer les faits. Je ne me faisais pas d'illusion, il allait refuser. C'est pourquoi je ne réléchissais pas tellement à ce que j'allais lui dire pour commencer mais plutôt à ce que je lui dirais après qu'il m'ait annoncé son refus. J'imaginais un plaidoyer en deux temps dont le second devrait impérativement faire mouche. J'allais devoir jouer en finesse, peut-être même lui offrir mon amitié, voire mon respect, enfin ce genre de conneries quoi. M'en fous, j'ai toujours eu la conscience très souple...

10:07 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Bonjour Faisant suite à ton passage concernant Charlie Parker,je te répondrai par mail.
Bonne continuation,c'est original.

Écrit par : DUKE | 27/01/2006

Les commentaires sont fermés.