17/02/2006

 Edgar

Là, au milieu de la pièce, à trois mètres de nous à peine, se tenait un homme minuscule penché sur un balais à poils durs. Il continuait de s'agiter sans faire le moindre cas de Paul et moi, bouches bées, incapables de sortir le moindre son. L'homme ne devait pas dépasser le mètre quarante-cinq sans pour autant avoir la morphologie disproportionnée d'un nain. Ses bras étaient équipés de petits muscles fermes et rapides, des bras qui bossaient dur depuis longtemps, ça se voyait tout de suite. Il avait une manière de se déplacer très particulière, glissant les semelles de gauche à droite sans jamais les décoller du sol, tout en légèreté, comme un petit overcraft silencieux. Seul le balais au sol, imperturbable, dérangeait un silence médusé. Mais on allait pas rester comme ça des plombes :

k. - Bonsoir, vous êtes la personnes qui nettoie ici ?
Le petit. - ...
k. - Excusez-moi, vous parlez français ?
Le petit. - oui
K. - Donc vous parlez, bien. C'est vous qui faites le ménage ici alors ?
Le petit. - A ton avis ? J'ai l'air de faire quoi là ?

Je me retournai vers Paul :

K. - Wow, pas commode, Joe Toutcourt.
P. - Vous pensez qu'il s'appelle vraiment ...
Le petit. - Je m'appelle Edgar Short, ça pose un problème ?
K. - Pas mal pour un premier essai...
E. - Bon, maintenant qu'on s'est bien marré, va falloir penser à vous tirer, j'ai du boulot moi.

Je retrouvais progressivement mes esprits. Le petit, Edgar, me faisait plutôt une bonne impression même si je devinais que Paul ne partageait pas mon avis. Fallait bien avouer qu'il avait tout du caractériel de base avec, en prime, quelques complexes sérieusement installés qui le rendaient extrêment agressif puisque vulnérable. En dépit de cette deventure peu engageante, j'étais certain qu'il avait des choses à nous apprendre. Il n'appartenait visiblement pas à "Clean'em all", la boîte de maintenance qui s'occupait de la propreté de tout l'immeuble. Il avait donc été engagé directement par notre executive board, ce qui signifiait qu'il devait savoir. Peut-être pas tout mais nous n'allions pas tarder à être fixés...
A ce moment là, Julie se pointa :

J. - Et voilà le café !
J. - Hé, c'est quoi lui ?
K.- Lui, c'est Edgar, Edgard Short !

13:23 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Il n'y a rien à dire, Cette histoire me fascine....

Écrit par : G. | 17/02/2006

Yesssss Comme le dirais un pote.... une histoire reelle ou imaginaire...
Un film ou une Fiction ... Avec un NAIN est une "Bonne Histoire"...
Ton style d'écriture en plus est rellement très bon....

Écrit par : Baloo | 20/02/2006

Les commentaires sont fermés.