28/04/2006

 

Je précédais Mouse D. Short, je l'entendais trotter derrière moi, hautain et maniéré. Sérieusement, les quelques heures que je venais de passer avec Julie et Paul m'avaient épuisé, cette attitude calme et posée que je m'efforçais de garder, mon incapacité à être socialement adapté sans d'énormes efforts contre ma nature, tout ça commençait à me plomber le dard . "K., mon vieux, il est grand temps que tu te retrouves seul si tu ne veux pas virer mollusque comme cette larve de Paul". Hors de question que ça m'arrive... C'est pas parce que type m'est utile que je vais lui polir le gland en souriant quand même, bordel. Rien que le fait d'avoir passé la porte, de me retrouver hors de cette cuisine, je me sentais revivre, une boule d'énergie se déloyait en moi. J'allais en découdre avec l'autre nain puis basta, j'me casse et Julie avec moi. Je proposerai de la retaper chez elle et si je sens la moindre ouverture, comptez sur moi, je dégaine !

Short. - "On est assez loin là non ? Qu'avez-vous à me dire au juste?"
K. - "Bon, p'tit gars, voilà le topo : Primo, tu changes de style. Les regards de haut, quand on flirte limite avec le mètre cinquante, ça fait connard, j'te jure. Tu fermes ta gueule, tu baisses les yeux et tu m'écoutes où j'te noie dans le bassin d'épuration qui est à deux rues d'ici. Tu le connais le bassin hein ? Tu vois de quelle eau puante je suis en train de causer, oui ? Bon, crois-moi ou pas, tu serais pas le premier à y piquer une tête. Le plus petit sûrement, mais certainement pas le premier !"

Il était médusé. Franchement, ce p'tit mulot auto-satisfait était à deux doigts de se chier dessus tellement il trouillait. Et moi, m'étant enfin retrouvé, je me sentais pousser des ailes, restait plus qu'à profiter de la situation.

Short? - "C'est quoi ça ? Qu'est-ce qu'il se passe ? Qu'est-ce qu'il vous prend ?"K. - "Ce qui va se passer, c'est que ton employeur, Boss, sera mort jeudi prochain !"
Short. - "Mais.."
K. - "Tu poses pas de question, tu ne réfléchis pas, tu écoutes et tu retiens ce que j'te dis, d'ac ?"
Short. - "..."
K. - "Sans Boss, t'es rien, juste une petite merde engoncée dans un business qui pue le vice et le foutre. Moi, je sais tout et j'te fait plonger quand je veux ce soir, demain, jeudi prochain, quand je veux. Tu me comprends bien ? Quand-je-veux ! Toi et ton chenil, vous êtes mal barrés mec !
Short. - "Mais putain, vous voulez quoi à la fin ?"K.- "Ah ! Il me demande ce que je veux. Je le crois pas, il me demande ce que je veux"

Bon, évidemment, fallait pas foirer. Honnêtement, je pensais pas prendre le dessus si facilement. Sur le coup, j'étais un peu pris de court. J'avais bien deux ou trois trucs à lui demander là, comme ça, au dépourvu, genre une petite pute de bureau, une asiatique pas trop gauche pour mes après-midi difficiles, mais bon fallait rester crédible jusqu'au bout ! Et pourquoi tenter l'impossible, au point où j'en étais ?

Short. - "S'il vous plaît, monsieur K., qu'attendez-vous de moi et de mes fils ?"
K. - "Je veux que vous assassiniez Boss ! "

Silence.

15:49 Écrit par | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Maintenant je sais... Où tu es quand tu n'es pas de l'autre côté :))) héhéhé, dans la cave...!!! Je suis une indécrotable curieuse, demande à Duke !!!
C'est génial, j'adore, ho bien sur, je n'ai pas eu le temps de tout lire mais vu que lundi c'est congé, je pense bien passer une partie de la nuit à "tout" lire...!!! Et ne me dit pas que c'est courageux, c'est purement égoïste !!! J'aime me faire plaisir :)))
Bisous...K

Écrit par : DOU | 29/04/2006

Les commentaires sont fermés.