22/08/2006

tout en marchant

Je marchais depuis quelques minutes, la minuscule taverne de Carlos Lejos n'était plus très loin. Bizarrement, je m'étais rarement senti aussi bien de toute ma vie. Pour la première fois, l'austère trottoir de ce quartier hors de prix me semblait confortable, presque mou. Mes jambes cotonneuses appréciaient beaucoup. S'il avait fallu que je me plaigne de quoique ce soit à ce moment-là, je me serais trouvé dans la merde. Pour une fois, une très rare fois, je me sentais comblé ! Je commandai les tapas poliment, calmement. Je m'aperçus que ce mongolien d'Andreas oubliait une fois de plus de scotcher le petit pot d'anchois et que ces derniers n'allaient pas manquer de se casser la gueule dans le sachet hautement perméable de la Casa Lejos. Je ne bronchai pas. Je souris vaguement, payai et m'en allai.

Sur le chemin du retour, une pensée étrange me traversa de part en part. Comment pouvais-je me sentir à ce point "bêtement bien" alors que Julie était loin, très loin, d'être le coup de l'année ? Plusieurs fois auparavant, je m'étais déjà trouvé niaisement heureux à la suite de quelques pilonnages bestiaux, je devais bien l'admettre. Mais - et je ne le déplorais même pas - Julie était loin d'appartenir à la caste bénie des baiseuses-nées ! Filmée, sa gestuelle n'aurait probablement excité qu'une frange infime d'onanistes incurables, quelques obsédés pathologiques à la rigueur, mais tout homme équilibré aurait rapidement conclu à un beau cul un peu gauche. Vraiment pas de quoi s'user le gland.

Et pourtant, j'avançais le dard en berne, pressé de remettre le couvert.

17:41 Écrit par dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

"Le beau cul un peu gauche" Cher, j'ai bien ri, merci ! Je me retiens de ne pas recommencer à scander "la suite" en attendant que tu reprennes ton souffle...

Écrit par : *L* | 23/08/2006

Heureuse! Et oui, c'est toujours aussi plaisant de te lire même à cette heure tardive. Les 10 minutes m'ont parues très, très, très longues! A mon avis, il y avait une file interminable chez Carlos! ;-) Juste envie de dire que je suis ravie que ce cher K. soit enfin un peu déstabilisé..

Écrit par : Biba ZZZ | 28/08/2006

Les commentaires sont fermés.